Oiseaux noirs

Il y a peu encore, ils ne vivaient qu’en montagne.

Les Grands Corbeaux restent très farouches et méfiants

Ils reviennent lentement jusqu’en plaine où il jouent leur rôle d’équarrisseurs

Un animal, tué par une voiture, au bord de la voie ferrée a été une aubaine pour eux et les buses.

Quand je l’ai découvert il ne restait plus que les os…

Mystères et légendes

Ciel pluvieux, beau temps pour les salamandres

Des larves au fond du ruisseau

Enfin une adulte sur la mousse

Et une tête qui apparaît alors que je me relève…

En Scandinavie, aux rayons du soleil, les Trolls se changeraient en pierre.

Mais là ,quels sont ces êtres que je surprends?

Fin d’hivernage

La salamandre s’était réfugiée sous un gros rondin de chêne.

que j’allais fendre pour mieux le faire sécher.

Ensuite j’ai fait très attention en ramassant le bois pour l’empiler.

Et j’ai découvert une grenouille rousse réfugiée sous une bûche de hêtre

et encore un petit lézard vivipare là ou j’allais faire un autre tas de bois.

Pour trouver la deuxième salamandre, j’ai longé plusieurs centaines de mètres de ruisseaux et de mardelles très tôt le matin.

Elles ont toutes des tâches de formes et de dispositions variables et différentes

Écureuils

Acrobates et gourmands

Très régulièrement,un parfois deux lutins roux visitent le noyer du jardin

ne s’arrêtant quelques instants qu’en haut de l’arbre .

Puis redescendent pour ramasser les noix partiellement écrasées disposées pour les oiseaux.

Premières fleurs

Mi février,

Des tapis de fleurs,

Lumineux dans la grisaille ,

Où se noient les abeilles

Les jours de soleil.

Déjà commencent à se faner les premiers crocus, nivéoles et perce-neige

Glaces

Le froid fut bref

Il n’a figé les étangs que quelques jours

Rares moments, où les grues se réfugient sur la glace

Aurore

Aux premières lueurs de l’aube, je discerne à peine les oiseaux .

Puis le ciel s’illumine, passe du bleu au rose, au rouge.

Et les oiseaux plongent ou volent dans l’or en fusion.

Décembre

Beaucoup de nuages, un ciel de tempête, un éclat de lune…

Un tumulte d’appels, de cris perçants et de bruissements d’ailes:

C’est l’heure de l’envol des grues.

Malgré la faible lumière elles s’envolent par petits groupes familiaux, par clans ou par affinités, la majorité contre le vent d’ouest.

Elles reviennent , passent au dessus de moi et se dispersent en lançant leurs appels,

Il est 9h, les berges de l’étang sont désertes.

Étang en vidange

L’eau a baissé dans l’étang, mais s’est étalée dans les prairies…

Les aigrettes se regroupent près de la digue, mais s’envolent au retour des pisciculteurs.

Les pygargues sont passés, sans s’attarder.

Les grues arrivent avec les dernières éclats du soir et repartent au point du jour

Glaner leur pitance dans les chaumes de maïs .

Grues

Elles sont parties de Scandinavie , de Finlande ou des pays Baltes depuis près d’un mois. D’abord en petits groupes familiaux, elles se sont regroupées au fur et à mesure des étapes. Sur leur route, elles font des pauses plus longues dans les zones marécageuses tranquilles du Sud de la Suède et du Nord de l’Allemagne . Et en Moselle où les étangs vidés pour la pêche leurs servent de refuge nocturne.

Elles arrivent très tard le soir, au coucher du soleil et jusqu’à la nuit noire. Et repartent au lever du soleil. Elles décollent toutes en moins d’une demi heure dans un concert d’appels et de cris pour rester en contact et vont se nourrir toute la journée dans les prés et les champs environnants.