Orchidées

Avec quelques jours de retard par rapport à l’année dernière les pelouses calcaires se sont illuminées.

Certaines orchidées commencent juste à s’épanouir, d’autres sont déjà fanées , mais toutes sont relativement discrètes, d’autant que les graminées et toutes les autres plantes herbacées ont bien poussé après les épisodes de pluie.

Des fleurs, des insectes

Joyaux et merveilles à admirer, à contempler…

Orchidées

J’ai refait mon circuit favori.

Entre pâtures, champs et friches, dans l’espoir de surprendre la magie et la beauté de l’instant.

Tout à ma recherche des orchidées, cachées dans les herbes sèches et dans les buissons je ne pensais plus du tout aux renardeaux.

Le vent ne m’était vraiment pas favorable mais j’ai quand même pu échanger un regard.

Sur le bord de la petite route les alouettes cherchent où nicher et les bergeronnettes construisent leur nid

Envol

Depuis 15 jours les mésanges bleues n’ont pas cessé leurs allées et venues.

Elles ont même progressivement intensifié leur activité.

Et depuis hier elles ont changé leur manège. Elles vont devant le nichoir, une chenille dans le bec, appellent, mais n’entrent plus à chaque fois.

Et en début d’après midi une petite mésange est sortie, sans savoir voler. .Les plumes des ailes sont très courtes encore.

Pour la mettre hors de portée des chats et autres prédateurs nous l’avons posé dans une jardinière, sur le rebord de la fenêtre , à l’étage. Les parents l’ont de suite nourri.

Et aujourd’hui quatre autres petits oisillons se sont retrouvés au sol. Cette fois nous les avons posés dans un sureau et tout l’après midi, malgré les averses, les parents ont assuré le ravitaillement. Et il y a encore d’autres petits dans le nid …

Petits chahuteurs

 Cela fait plus de 15 jours que je visite régulièrement  des sites où je pense pouvoir les observer.

 Mais il fait froid, humide . Et le vent ne les incite pas à sortir.

 Et surtout,à chaque fois  il y a une activité humaine à proximité.

 Et l’humain c’est malheureusement pour presque toutes les bêtes l’ennemi…Je ne renonce pas mais je me fais une raison: c’est loupé pour cette année.

 Je change complètement de secteur pour voir s’épanouir les premières orchidées.

 Et , il y a juste une semaine, une chevrette alarme, une renarde se faufile dans les herbes hautes.

 C’est loin, plus de 300m, mais peut être?

J’y retourne hier et au détour d’un chemin, à peine moins loin cette fois, je vois arriver la renarde et  les herbes qui s’agitent.

 Les petits surgissent et se jettent sur elle!!!

Difficile de trouver un emplacement pour les observer de plus près, c’est accidenté et plein de buissons de pruneliers et d’herbes sèches.

  Ce matin le vent n’est pas fort, de Sud Ouest, il y a des nuages, quelques courtes trouées de lumière.

 Je m’installe, un buisson me pique le dos, près de quatre heures d’attente et 30 minutes d’effervescence.

Magique, malgré le manque de soleil

Mai

Brumes matinales et fraicheur,

mais les oiseaux de l’été reviennent.

Ceux qui vont nicher dans les roselières, les fauvettes aquatiques, le héron pourpré…

Ou qui ont déjà des poussins .

Un peu partout, dans les buissons à proximité de l’eau, les rossignols chantent.

Dans le vieux verger les rougequeues à front blanc et les mésanges se disputent les cavités.

Dans le jardin, pour aménager leur nid installé dans le nichoir mis en place l’an dernier, les mésanges bleues défont les liens du rosier grimpant !

L’occasion de revoir la mésange bleue au bec plus long qui venait à la mangeoire cet hiver.

Avril froid

Un matin dans la brume

Perles de rosée sur les toiles d’araignées

tendres pousses de charmes

et quand le brouillard se fait moins épais

je distingue sur l’étang les sarcelles et les cormorans .

Mais des petits cris m’intriguent. Les allées et venues des petites mésanges à longue queue me fond découvrir leur nid. Un véritable chef d’œuvre fait de lichens et toiles d’araignées garnis de mousses et de plumes où elles élèvent leur nichée.

Elles alarment quand passe le faucon hobereau.

En m’approchant du coucou je surprend deux écureuils

qui eux mêmes alertent la fauvette

Un tour dans les champs

Les busards cendrés sont revenus d’Afrique

ils chassent les mulots et les gros insectes

J’ai surpris deux lièvres, dont l’un encore au gite que j’ai approché à 5

mètres… Mais des promeneurs avec un chien s’approchent, il ne peut plus rester

Les buses variables aussi guettent les rongeurs.

Le pygargue survole son domaine, la forêt et l’étang, il inquiète le milan noir et la buse

Oiseaux des prés

Hier matin je voulais voir si, au terrier de l’étang les renardeaux commençaient à sortir.

J’ai rencontré d’abord le tarier pâtre, perché sur un piquet de parc pour chasser les insectes, puis un pipit qui courrait dans l’herbe.

Deux grues qui changent de pâture. Concentré sur sa chasse le busard se rapproche, tout surpris de me trouver là!

Avant d’arriver il y avait des chevreuils dans les champs et aussi juste devant la sente qui mène au terrier. Une chevrette et son jeune de l’an dernier qui sortent du marais et viennent vers moi. J’entends des sangliers dans les roseaux , ce sont certainement eux qui ont poussé les chevreuils et les oies à se déplacer.

Je m’apprête à faire demi tour pour ne pas les déranger quand sort un renard, la mère certainement. Elle devine ma présence, il n’y à presque pas de vent mais assez quand même pour qu’elle m’identifie comme un intrus.

Je retourne en forêt,dans les primevères et les cardamines . Cette fois le vent m’est favorable, j’arrive à 20m du terrier. La renarde est couchée, elle vient certainement d’allaiter ses petits qui dorment encore à l’abri.

Le retour des balbuzards

Fin mars, début avril , je guette les secteurs où les balbuzards pêcheurs stationnent à leur retour de migration.

En attendant, avec les premiers jours chauds, les saules ont fleuri et attirent les papillons et les abeilles .

Les pouillots capturent les petits coléoptères et moucherons dans les chatons des saules.

Les retrouvailles des balbuzards se font sur un arbre mort à proximité de l’aire. Ils pêchent aussi pour reprendre des forces après leur grand voyage.

A l’étang, les nettes rousses se reposent sur l’eau, le busard des roseaux explore la roselière et, sur un saule de la berge les milans noirs ont repris la construction de leur nid.

Juste à coté des balbuzards un oiseau noir se pose, un cri aigu un peu sauvage: un pic noir.

C’est le plus grand de nos pics. Un second se pose juste à coté, ils sont loin , mais après l’accouplement ils se rapprochent.

Renouveau

En partant pour le bal des lièvres

j’ai rencontré un lièvre solitaire, deux chevreuils le long d’une haie

trois hirondelles perchées sur un fil.

Plus loin, des mésanges cueillaient les chenilles dans les fleurs des pruneliers…

 Dans la rosée il y avait un,deux, trois, quatre lièvres qui se suivaient,

grignotant un brin d’herbe à l’occasion, faisant un brin de toilette lors d’une pause, avant de reprendre leur ronde.

 En les quittant j’ai croisé trois chevreuils en pleine sieste,

 une pie bavarde  dans les pâquerettes, cinq moineaux sur un toit…