Neige, Blanc

Si peu souvent, la neige recouvre tout;

Modifie le paysage

les habitudes et le comportement des oiseaux.

Toujours très méfiants , leur priorité est de se nourrir.

Arbres en hiver

Au lendemain du jour le plus court,

la brume qui se lève dévoile

La silhouette des saules

Déjà les premières fleurs

de Joli-bois et de noisetiers à l’heure où

le soleil se couche,et la lune se lève derrière les chatons

Aigrettes

Rares il y a 25 ans

Elles sont de plus en plus nombreuses à passer l’hiver chez nous.

Peut être bientôt resteront elles en été?

Dès le début de l’automne, dans les prés ou les labours

En groupes ou solitaires

Elles guettent les mulots, recherchent les derniers insectes ou les vers de terre

Mais surtout  les poissons  et larves aquatiques sur les berges des étangs.

 Dérangées elles se regroupent et attendent la fin de l’alerte.

Contre-jours

Lever du soleil

Lumière rasante

En contre-jour et ombres chinoises

Avant l’aube déjà les grues décollent

Et les mouettes commencent leurs pêches

Au sol le pygargue guette

Son envol déclenche la panique chez les canards

Passage de la nuit au jour

de l’ombre à la lumière

un beau chat forestier

De beaux vols de grues cendrées

Au lever du jour

Les petits passereaux et les plus majestueux

s’invitent à la fête des grandes aigrettes

Sous la pluie

Reflets gris du ciel dans l’eau

Reflets des oiseaux et des herbes.

Aux premières gouttes le martin pêcheur dans les roseaux

Les canards souchets s’ébrouent.

Les gouttes rebondissent sur l’étang

Dans les bulles, imperturbable le grèbe plonge 

Devant le miroir brouillé le martin pêcheur attend

L’aigrette convoite la place

L’arc en ciel glisse sur l’eau

 

Oiseaux en automne

Blanches aigrettes dans la brume et le brouillard

Grèbes huppés, cygnes et cormorans qui glissent sur l’eau

Les pygargues attendent patiemment, puis explorent leur territoire

Au soleil couchant , venues du Nord, passent les grues cendrées

Un autre étang

Juvénile inexpérimenté

déjà majestueux et instinctivement craint

Son arrivée à l’étang a provoquée l’envol de tous les autres oiseaux.

Il est passé et repassé devant moi avant de se poser dans l’eau et de s’y baigner.

Moment très rare et magique.

J’en ai oublié les moustiques qui pourtant m’assaillent comme jamais, profitant de mon immobilité.

Était ce Artémis, déesse de la nature et de la chasse ? elle même?

Fille de Zeus et de Léto, sœur jumelle d’Apollon

me voila plongé dans la mythologie…

http://l-ete-des-pygargues

Portraits à l’approche

Fin aout,

L’herbe craque sous mes pas dans les prés grillés.

Très lentement, j’avance en veillant à la direction du vent.

Difficile d’approcher les renardeaux qui chassent les sauterelles

ou le chat sauvage qui guette les mulots le long de la  roselière .

Les aigrettes et hérons pêchent près des berges, attentifs au moindre frémissement.

Juste avant la nuit,je passe près d’ un faon de chevreuil goute les herbes des vasières.

Il ne m’a pas repéré lorsque je suis reparti dans la nuit.

L’automne et les colchiques, peut être la pluie? enfin?

Balbuzards

L’herbe est rare et rase dans les prés

Les ombelles des carottes y dominent quelques fleurs de trèfle

Que dégustent les lièvres et les ragondins.

Les sauterelles et les criquets qui y ont trouvé refuge font le régal des cigognes.

C’est leur seule source de nourriture en ce moment, avec, au pays des étangs, les écrevisses. Écrevisses « importées » et invasives…

Les hérons aussi s’en régalent et partagent aussi les petits poissons et larves de libellules avec les grèbes huppés.

Les balbuzards recherchent des poissons un peu plus gros,mais pour les jeunes balbuzards ce sont le plus souvent des bredouilles , plongeons trop profonds parfois ou carrément à côté de la cible. Ils peuvent encore compté sur les adultes qui apportent matin et soir un poisson sur l’aire.