Ivresse de Mai

 Que ce soit en forêt, en bordure d’étang ou dans les collines

A chaque pas une nouvelle découverte.

 S’enivrer de couleurs, de silhouettes à peine aperçues, de mouvements, de sons, de vie.

 Ne plus savoir où donner des yeux.

 S’arrêter, attendre et écouter…

Balbuzards

Le retour des balbuzards agite les corneilles.

Les poissons qu’ils mangent sur leur perchoir y attirent les corneilles.

Il y en aura jusqu’à cinq pour tenter de chaparder quelques miettes du repas .

Dans les sous bois fauvettes, troglodytes et pouillots furètent et cherchent un emplacement pour leurs nids. Même une cane colvert a choisi l’abri d’un arbre tombé au sol pour nicher.

Grues

Les prairies reverdissent.

Dans les marais la végétation redémarre plus lentement.

Des appels sonores s’y entendent de très loin.

Les tiges sèches des roseaux et les saules encore dénudés en ce début d’avril

abriteront peut être une nichée de grues cendrées.

Je reste éloigné, les oiseaux sont très farouches.

Les grosses pluies du des 7 et 8 avril ont complètement inondé le marais, noyant de nombreux nids d’oies et de canards.

Les grues chantent encore, referont elles un nid?

Pulsatilles

Les floraisons se succèdent, éphémères et spectaculaires

Avec le soleil et la chaleur tous les insectes s’agitent, les fleurs pollinisées ne durent pas

Tout passe si vite

  Pour bien percevoir le cycle des saisons,

 ressentir le retour de la chaleur:

se coucher dans la pierraille au-dessus des fleurs

admirer l’étendue et  les nuances de couleurs

contempler et rêver…

 Hier un premier tour sur les pelouses calcaires.

 Juste avant un sursaut de l’hiver.

 Plus prosaïquement, surveiller les tiques, ces petites bêtes très attachantes attendent aussi leur repas de printemps,parfois en groupe à la pointe des herbes sèches.

 Avec par ordre d’apparition

 Potentille  de printemps- Potentilla verna

 Pulsatille commune- Anemone pulsatilla ( avec une variation rose)

Violette des rochers – Viola rupestris

 Tiques – Ixodes ricinus

 Prunelier – Prunus spinosa

Papillons

Explosion du printemps

Contemplation et admiration

harmonie des formes et des couleurs

diversité du vivant

Notre monde en sursis?

Réveil

Le printemps est arrivé si vite

et les premières fleurs sont déjà fanées

Les fruits se forment

Abeilles , mouches et moucherons n’ont pas chômé

Dès que l’air se réchauffe ils n’arrêtent plus.

Printemps et sursauts de l’hiver,

Gelées matinales chaque jour;

Sans vent le givre se dépose sur les herbes et parfois la brume stagne.

Mais avec le vent le ciel est presque trop lumineux.

J’ai suivi les chevreuils sur une semaine.

Il y en a deux groupes qui ne se mélangent pas, l’un se cantonne dans le petit bois, l’autre vers les haies de l’étang.

Chaque groupe a aussi sa chaume de maïs où il reste quelques grains qui attirent les oiseaux.

Grands vols de pigeons ramiers, d’étourneaux et de corneilles, et aussi groupes de petits fringilles migrateurs qui ont repérés la parcelle fraichement retournée.

Premières floraisons

Les jours ont bien rallongé

Les premières fleurs apparaissent

De semaine en semaine, primevères acaules, perce neige, éranthes d’hiver et nivéoles déploient leurs corolles.

Les premiers insectes profitent des rares moments de soleil.

Sur le tapis de crocus les reines bourdons font le plein de pollen et nectar.

En quinze jour le bois-joli, s’est couvert de fleurs roses.

Il ne manque que la neige ou quelques cristaux de glace pour les mettre en valeur.

Autour de la pleine lune

Le niveau de l’étang baisse. Il va être pêché.

C’est comme un signal pour les aigrettes. Les poissons, écrevisses et larves de libellules sont plus accessibles.

L’étang est petit , les aigrettes nombreuses. Hérons et cigognes convoitent aussi le menu fretin. L’occasion est trop belle.

Cela ne va pas sans heurts, intimidations et poursuites.

Demain l’étang sera complètement vidé…

Envols

Avant le jour, j’attends… un renard passe très vite.

 Très vite aussi est passé un faucon pèlerin qui a tenté une chasse sur les choucas qui passent la nuit avec des corneilles .

 Puis des oies, en couple déjà

 Et les canards souchets sont en pleine parade: envols brusques, atterrissages se succèdent. Ils sont encore en groupes très remuants.