Noir et blanc

Billebaude au bord de l’étang

cygnes qui me survolent, oiseaux blancs

oies très loin

lumière dans les feuilles marcescentes.

Le ciel redevient gris

un faucon crécerelle chasse un mulot

une pie, deux pies, trois pies , un corbeau freux, quatre choucas des tours, oiseaux noirs

En rentrant les crocus, prémices du printemps

Oiseaux du jardin

Jeudi 26 novembre

Le brouillard se lève le soleil illumine le cognassier du jardin

Les oiseaux se relaient pour manger les noix que j’ai écrasées sur le muret

Encore des couleurs

Restrictions de déplacement et baisse des températures; trouver de nouveaux sujets est plus difficile. Peu d’oiseaux, quasiment plus d’insectes, il reste quelques fleurs au jardin et quelques champignons le long du chemin de la forêt.

 La relative douceur se prolonge

Il y a même des cornouillers qui refleurissent! Des asters et séneçons illuminent le bord du chemin de leurs étoiles blanches et jaunes.

Les mousses sur le mur du jardin offrent un monde minuscule de lampions et jeux de lumière.

 Et dans le jardin soucis, cosmos et dahlias étalent leurs enseignes lumineuses pour les insectes, de plus en plus rares.Quelques abeilles et bourdons rescapés  les visitent encore à la recherche de nectar.

 L’abeille collecte aussi du pollen et le bourdon se réfugie dans la corolle de la campanule pour passer la nuit.

 Le feuillage des trembles dessine un paysage pointilliste changeant: à deux jours d’intervalle le feuillage s’éclaircit.

Reconfinement,Restriction des déplacements…

redécouvrir la proximité, tout près

30 octobre 2020

Dans le jardin, voyageur immobile